Prendre rendez-vous sur DoctolibAmbre CAZAUDEHORE Sebastien CAZAUDEHORE

« Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme » – Nelson Mandela.

J’ai le plaisir de vous présenter une technique PNL (Programmation Neuro-linguistique) particulièrement puissante : l’ancrage.

Qu’est-ce qu’un ancrage ?

Il s’agit d’un réflexe conditionné, dû à la création d’une association d’un état émotionnel et d’un stimulus unique.

Plus simplement, on peut dire qu’un ancrage est une association d’idée qui va souvent se greffer à la mémoire.  La mémoire fonctionne par ancrage. Imaginez par exemple quand une chanson qui vous rappelle un souvenir de vie, il s’agit d’un ancrage. Ce sont 2 éléments sans lien qui ont été liés à une expérience. C’est un lien dans la mémoire entre plusieurs éléments. Les ancrages sont des manières naturelles de mémoriser donc on peut les utiliser volontairement pour mieux mémoriser. Des ancrages ont en a partout, il y en a des bons et des moins bons aussi. On peut donc en activer comme en désactiver.

Ce phénomène a d’abord été démontré par Ivan Pavlov, médecin et physiologiste russe. Pour rappel quand I. Pavlov présentait de la nourriture à son chien, ce dernier salivait. Ce phénomène est un réflexe inconscient chez les mammifères : une réponse inconditionnelle (salivation) a été entrainée par un stimulus inconditionnel (présence de nourriture). Ainsi, Pavlov eût l’idée d’associer un son de cloche (stimulus neutre) au stimulus inconditionnel (la nourriture) qui permet d’associer un état émotionnel positif à un geste précis pour pouvoir créer un conditionnement sur demande ! En effet, après quelques jours, le chien fut conditionné : le stimulus neutre fut associé au stimulus inconditionnel, et le simple son de cloche réussit à faire saliver le chien.

L’utilisation de l’ancrage

L’ancrage est utilisé dans le cadre d’un processus d’évolution personnelle et en matière de communication, pour (ré) installer une relation positive et optimiser vos relations interpersonnelles. Une ancre permet surtout d’accéder à vos ressources internes pour gérer des difficultés comme pour être « au top » de ses performances.

La technique de l’ancrage est particulièrement puissante par ses multiples utilisations et par la pluralité d’ancres possibles, personnellement, je la recommande régulièrement pour faciliter l’atteinte de bon nombre d’objectifs (passage d’entretien individuel, situation d’examen, processus de recrutement, mémorisation, phobies, etc.).

Retenez qu’un ancrage est une association entre un état émotionnel connu et un stimulus :

  • Visuel : une image interne, la vue d’une personne, d’un lieu, d’un objet…
  • Auditif : une chanson, un mot, une phrase, un nom, une voix…
  • Kinesthésique : un toucher, un geste, un mouvement, une respiration…
  • Olfactif : une odeur…
  • Gustatif : un goût…

Selon la modalité de perception qui vous est la plus familière, à vous de choisir votre ancre, voici quelques exemples :  

  • Une ancre kinesthésique peut-être de se pincer le lobe d’une oreille – Illustration d’une ancre kinesthésique ci-dessous
  • Une ancre visuelle peut être associée à un symbole, une image d’animal totem
  • Une ancre auditive peut-être la clochette de Pavlov (évoquée en introduction)
  • Une ancre portative est associée à un objet que l’on porte (un bijou, une montre, etc.)
  • Une ancre spatiale peut-être de pénétrer un grenier pour revisiter des souvenirs du passé

Nous avons tous des ancres qui se sont créées automatiquement. Certaines sont bénéfiques, à l’image de la Madeleine de Proust qui replonge l’auteur dans ses souvenirs d’enfance, tandis que d’autres nous gênent, comme l’odeur du tabac pour un ancien fumeur.

Vous avez sans doute remarqué qu’à l’intérieur de nous les choses semblent reliées : on sent l’odeur d’un parfum boisé dans un endroit qu’on découvre et les notes nous ramène vers une personne qui porte ces notes depuis toujours, etc.

Parfois, sans même que nous nous en rendions compte, notre cerveau semble enregistrer des informations qui sont alors reliées à tout ce qui a été présent à cet instant-là. Parfois, ce sont même des réflexes, des automatismes, une envie qui se manifeste en réaction à un élément. C’est une musique qui nous détend, un goût qui attire, un mot qui nous amuse ou une image qui nous rassure. Vous avez peut-être remarqué que ces automatismes se créent encore plus naturellement en état de conscience modifié (lorsque je vous accompagne en hypnose).

Les ancrages apparaissent dans la vie quotidienne quand un lien est formé entre un état interne et un stimulus externe. Tant que les stimuli déclencheurs sont inconscients, nous n’avons pas de maîtrise sur l’état qu’ils provoquent. Le but des ancrages consiste à créer un lien vers un état émotionnel désiré pour s’en resservir plus tard.

Comment créer un ancrage positif ?

Le respect des quatre points suivants favorise la réussite d’un ancrage :

  1. Associé: Soyez pleinement « associé » à l’état désiré, il s’agit de la ressentir vraiment pour l’ancrer.
  2. Pureté: L’état ancré doit être le plus pur possible (sans être combiné à des états non désirés).
  3. Unicité: L’ancre doit être spécifique et ne concerner que l’effet désiré. Elle ne doit pas être un stimulus courant qui peut survenir au hasard.
  4. Intensité: Il est nécessaire de rechercher l’intensité maximum de l’expérience pour se plonger pleinement dans l’état en question. Plus l’émotion est forte, plus l’ancrage est puissant.

Voici le protocole à suivre pour activer une ancre :

Identifier l’état de ressource que vous souhaitez ancrer.
Identifier où est-ce que vous allez ancrer la ressources (ex.: le lobe de l’oreille, former un cercle avec le pouce et l’index, etc.)

1. Entrez dans l’état de ressource

  • Imaginez l’expérience à ancrer comme si vous y étiez vraiment
  • Décrivez ce que vous voyez, entendez, ressentez

  1. Amplifiez l’état jusqu’au maximum
  • Avant de poser l’ancre, amplifiez l’expérience en utilisant les sous-modalités (= sens visuel/auditif/kinesthésique). Concrètement vous pouvez augmenter ou baisser la luminosité, les couleurs, le volume sonore, les mouvements, etc.
  1. Ancrez
  • Au moment où l’expérience est à son maximum, poser l’ancre (pressez le point d’ancrage que vous avez choisi).
  • Maintenir l’ancre durant quelques secondes tout en continuant de vivre l’expérience amplifiée, jusqu’à ce que l’intensité commence tout juste à décroître.
  • Relâcher l’ancre.
Installez le stimulus de l’ancre  juste avant que l’intensité de la réponse atteigne son pic

L’efficacité d’un ancrage réside :

Dans l’intensité de la visualisation et du ressenti

Dans la congruence du choix de l’ancre en fonction de l’état désiré et de la situation vécue

Dans la répétition de l’ancrage. Faites-le jusqu’à ce que l’état interne désiré apparaisse instantanément.

Vous l’avez compris, la technique de l’ancrage est très puissante puisqu’elle permet d’associer une pensée à une sensation corporelle. Il s’agit de réinvestir le corps et de ne pas rester essentiellement dans le mental.

Je vous invite à utiliser et user de cette technique dès que :

  • Vous vous sentez dépassé, envahi face à une situation inconfortable
  • Vous avez besoin de surmonter une insécurité
  • Vous avez besoin d’activer des ressources particulières que vous avez utilisées dans le passé.

Une fois que vous serez tout à fait familier avec l’utilisation d’une ancre, je vous suggère d’empiler des ancres de la manière qui suit :

L’empilement de plusieurs ancres

Il s’agit ici de connecter au même endroit la même ancre à plusieurs états performants.

En effet, il peut être nécessaire de retrouver plusieurs ressources dans une même situation, par exemple ressentir du calme et du lâcher-prise devant une situation anxiogène. Attention toutefois à ne pas installer des états opposés : les états de ressources seront différents tout en restant compatibles. Prenons le cas d’un entretien d’embauche : Vous devez préparer votre entretien, sera-t-il préférable d’ancrer un état de sérénité ou un sentiment de confiance en soi ? Je dirais que vous pouvez tout à fait empiler les 2 ? A l’inverse, empiler un état d’évasion (état dissocié) pourra sembler tout à fait déplacé voir même contradictoire avec le sentiment de confiance en soi !

Pour empiler plusieurs ancres, le protocole est strictement le même que pour activer une ancre : je vous invite à suivre les 3 premières étapes d’activation d’une ancre, il suffit ensuite d’ajouter la 4ème étape suivante :

  1. Ressources suivantes
  • Refaites les étapes 1 à 3 pour chacune des ressources à empiler avec la même ancre.
  1. Test
  • Pensez à une situation qui vous demande d’utiliser la nouvelle ressource
  • Testez l’ancre en l’activant.
  • Quelle différence cela fait-il sur vos perceptions de la situation ?

L’entretien d’une ancre

Il est essentiel de renforcer régulièrement votre ancre* pour qu’elle puisse redoubler de puissance au moment où vous aurez besoin de l’activer. En effet, si l’ancre choisie est un état de sérénité, pensez à l’activer à chaque fois que vous vous prélassez dans un bain, après une sieste réparatrice, après une méditation, une séance de yoga, etc. A chaque fois que vous avez l’occasion de ressentir cet état de sérénité.

(*Votre ancre ou vos ancres en cas d’empilement).

Il me reste à vous souhaiter de poser de magnifiques ancres pour incarner pleinement le maître que vous êtes, maître de votre destin, capitaine de votre âme J

Avec toute mon affection,

Ambre

NB : Certains ont peut-être entendu parler de « désactivation d’ancres », il s’agit là d’un outil est très intéressant pour accompagner un individu à se libérer d’un souvenir d’échec par exemple. J’utilise cet outil en cabinet, comme je peux utiliser la technique de dissociation ou le changement d’histoire de vie selon la situation qui m’est présentée. D’ailleurs l’hypnose est un accélérateur d’ancrage.

Ambre Franrenet Cazaudehore est une praticienne psychocorporelle, née le 23 avril 1979. Elle a écrit plusieurs livres et donné des conférences et formations en développement personnel. Elle partage son temps entre ses consultations en région parisienne et à Montauban. Mère d’un petit garçon et belle-mère de deux adolescentes, elle anime régulièrement des stages pour favoriser l’autonomie et la pleine conscience.